Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 21:09

Blanc sur le Noir

Noir sur le Blanc.

Qu’est-ce ?

La cendre de mes cigarettes.

 

Cigarette éternelle,

Compagne de l’incendie

Qui brûle dans mon cœur martyrisé.

Cœur martyrisé, mais cœur libéré ne fut-ce qu’un instant

De ses terribles souffrances en partances

Vers des enfers invisibles

Qu’inaugurent les yeux des filles.

 

Libéré un instant par cette fumée

Qui du front de la solitude monte ;

Incendie qui ravagea plus d’un Cow-Boy

L’envoyant se faire foutre en l’air

Sur quelques champs de bataille

Là-bas si j’y suis.

 

« C’est mauvais pour la santé »

Dit-on précautionneusement.

« Tant mieux »

Je réponds sans attente.

 

Car, loin de moi,

L’envie de faire de vieux os.

Mais point de mort rapide

S’il vous plaît.

Ma religion me l’interdit.

 

Mon rêve par défaut ?

Le seul qui soit bien plus réaliste que toute cette fadaise

De rêve sentimental ?

Mourir à 42 ans dans mon sommeil,

Emporté par Morphée

Vers des îles paradisiaques

Où des Amazones sauvages

Feront de moi leur dévoué et consentant

Esclave affectif et sexuel !

Repost 0
Published by lbph - dans poésie pensées
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 23:30

Si elle n'est pas qu'Aline

ou au contraire si elle n'est qu'Aline

alors sans doute est-elle câline.

 

Quant à moi bien que pas Alain,

je me sens très câlin

et pas que sur du parchemin...

 

Parchemin mien où se perdent

des mots muets de rejet et de pertes.

Mais qu'importe de ces au destin dettes.

 

Quant à Aline

elle est féline.

Comment je le sais?

 

C'est alors qu'elle passais,

ses mollets je regardai.

Sous un Jeans plus ou moins moulant

je les vit vivre et sous ses pas se tendant et se détendant.

 

Féline aussi de caractère

la grande Aline qui m'exaspère

par sa non-réponse à mon courrier

sous forme de PDF fichier

où pourtant j'ai bien laissé

mon adresse e-mail.

 

Mais le silence est d'or,

de cet or je suis un riche rentier.

Repost 0
Published by lbph - dans poésie pensées
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 01:52

Le temps approche

et j'ai envie d'écrire a line

pour la mystérieuse Aline

dont le sourire m'accroche.

 

Il m'étonnerais pourtant qu'on passe la Saint Valentin ensemble.

Cela relèverait de l'extase

due à une improbable super-ecstasy.

Même s'embrasser sur la joue me semble

être un dossier impossible de la Stasi.

 

Contre ton plein gré

ton nom sur la Place Flagey

sera aux yeux de tous affiché

d'un de mes fous jet.

 

Et moi le gueux

certainement à tes yeux

j'ai une tête de boeuf.

 

Un boeuf qu'on conduit chaque jour

au triste et cyanhydrique abattoir

d'un coeur demandant un peu d'amour.

Mais il est vrai que ma gueule faut voir.

 

Jeté au rang des fous

hantant la nuit tel un hibou

et les yeux éternellement cernés

au front des militants j'ai été berné.

 

Mais tout est de ma faute,

toute culpabilité je t'ôte.

L'avenir appartient aux salauds

qui savent jouer les héros

et non aux simples badauds.

 

Aline, j'avais envie de t'écrire

a line mais je ne sais pas rire

quand mon coeur se serre

parce qu'aux moqueurs on le sert.

 

Quant au dédain,

on m'en met plein

mes froides mains.

 

Ma seule joie

est quand je te vois

qui me salue d'un beau sourire

tel un cadeau de myrrhe.

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 05:50

J'ai retiré l'article au sujet de la "fille grunge", mais c'est toujours pour la même que j'écris ce billet.

D'abord elle est bien moins grunge que cela peut parraître; en fait elle s'habille en fonction de son humeur je dirais (et surtout du temps qu'il fait). Quoiqu'il en soit la dernière fois, les deux dernières fois que je l'ai vue, elle était "classe". Et pour elle j'ai composé une musique plutôt pas triste du tout, neutre presque, avec un joli jeu de mots à la toute fin.

C'est de la musique chillout ou ambient (mais plus chillout quand même) qui donne de l'électro-pop avec un talk-over en français (car je sais pas chanter).

C'est en ce sens que je me définis comme grunge. En effet la plupart des européens n'ont gardé de ce style US que les jeans troués. En fait "grunge", "sale" ou "crade", ne définit pas l'habillement mais bien la musique elle-même! C'étaient des gars qui n'avaient jamais eu la chance de suivre des cours de solfège et qui se sont dits: "et ben on va en jouer quand même". Tout comme moi. Plus bien sûr une sensibilité à fleur de peau qui se ressent dans les textes.

Bref ma zizique dédicacée à cette gente damoiselle: https://soundcloud.com/lbph/pour-la-gente-dame-the-mediterranean-girl .

J'ai bien voulu la lui faire écouter un jour que je l'ai vue et que j'avis mon lecteur MP3 sur moi, mais en gros j'ai compris que le matin, faut pas exagérer et embêter son monde...

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 23:36

Tu as faim ? Voici ma chair.

Tu as soif ? Voici mon sang.

Je te les offre. Tu me les rends ?

Je sais, je suis bon pour cet enfer.

 

J’aime les jolies oiselles,

Mon cœur me les conseille.

Mais elles ne me rendent point la pareille.

Au feu de l’amour j’ai brûlé mes ailes.

 

Ma chair est bonne pour les chacals

Mon sang inonde via l’égout le canal.

Les demoiselles ils dégoûtent

Quoiqu’il m’en coûte.

 

Au trop brûlant fer,

Me voici à attendre en enfer

Qu’une main vers moi se tende.

Inutilement, je ne cesse de l’apprendre.

 

Ô vain espoir,

de la solitude mon miroir,

de mon souffle mon mouroir.

Au calice que j’aimerais boire.

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 01:42

Beautés fatales,

Félines animales,

Cadeaux de Dieu,

Qui ne me disent qu'adieu.

 

Je n'ai personne avec qui passer la Saint-Valentin,

Mon coeur d'un gris mort prend le teint.

Que j'aimerais que vous me soyez indifférentes,

Mais au contraire mon âme est en attente.

 

Commune est la souffrance

Des amours en partances.

Eternel est le défi

De conquérir une fille.

 

Elles en sont qui hantèrent

Mon coffre de pierre.

D'amours non égaux

Je remplis mon tombeau!

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 04:35

Elle n'est pas d'un jour, la douleur d'amour est pour toujours qui me mena tel un paria hors des pariades. Me privant de quelques sentiments de la part de la féminine gente.

 

Quel prix doit payer celui qui s'éprit du monde sans répit de l'attraction des délices du Saint-Calice? Celui dont l'oeuil effeuille la folie jusqu'au pas du tout sans tabou et le met à bout?

 

Et alors perdant son tact, exclu des désirs tactiles, il prend acte priant pour un miracle qui vint tel un mirage dans ce désert sans fin.

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 08:19

Come in my arms

Come in my heart

Forget the war

I am not a soldier

 

Please

See me

Your eyes are weapons

They shot my mind

 

Let me come as I am

Come as you are

Forget the sex war

I am not a predator

 

I just like you

Like you as you are

I don’t ask to you

To love me

 

But just like me

Like I am

Tell me where you are

I forgot where I am

 

I believe in God

You believe in Rock

Come as you are

And let me come as I am

 

When the loving spirit is there

To the love we have to be aware

Come in my arms

Come in my heart

 

Join us like two soldiers

Against these stupid wars

Come as you are

Let me come as I am

 

(to "Come As You Are" from Nirvana)

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 09:22

Au manoir tenté

Par la misère d'un ton déjanté

Robin boit son thé

Amer dans salon jeté

 

Horloge juteuse

De sang pulpeuse

Sur canapé pluvieux

S'étale ses regrets vieux

 

Berlin s'entame ici

A coup de Tamise

Minuit s'hérisse

Sur de bleux vices

 

La table se confesse

A le fumée épaisse

Le café dresse

Arôme tendresse

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 06:23

Moi Joe l'Rital

c'est pas ma faute à moi

si quand je vois les jeunes filles

mes yeux pétillent

 

C'est pas ma faute

c'est pas ma faute

c'est pas ma faute à moi

moi Joe l'Rital

 

Si quand les demoiselles

me posent des questions

je donne ma langue aux chattes

c'est pas ma faute à moi

 

C'est pas ma faute

moi Joe l'Rital

si j'entends tout autour de moi

Joe le rite ého!

 

C'est pas ma faute

c'est pas ma faute

c'est pas ma faute à moi

moi Joe l'Rital

 

 

parodie de "Moi Lolita" de Alizée"...

Repost 0
Published by lbph - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : French Free Potatoes
  • : Blog de poésie et prose, littérature informelle et moderne
  • Contact

Recherche

Catégories