Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 11:32

Et me voici, moi qui en ai tant dit, au Paradis!

Pourtant Dieu sait si j'en ai dit sur les femmes, si je m'en suis plaint à milles-et-unes reprises. Et pourtant, pourtant, oui, je les aimes. Et, mieux encore, voici que cet amour m'est rendu, à tout le moins d'une manière fraternelle et amicale.

C'était un matin comme les autres ce matin d'aujourd'hui. Comme les autres en début d'hivers bien entendu, du genre 1°C à 4°C, pas de grand soleil mai enfin pas de brume ou de pluie non plus. Un petit matin par lequel je me rendai au bar boire mon petit café, mon petit Sprite (R), mon petit Coca-Cola (R)(TM), mon Sumol orange, etc. Bref un matin quoi.

La première surprise vint de quelqu'un à qui je pensais justement téléphoner: mon ex, qui est restée ma meilleure amie. La porte du bar se referme dans un gros déclic, je tourne la tête et hop, qui vois-je? mon ex! Super me dis-je, si ça c'est pas de la télépathie... Donc on est allé boire notre café à la même table, parler un peu, bon début de journée que cela.

Puis, un peu plus tard à peine, moi, assis à la terrasse (oui, je sais j'ai dit qu'il faisait froid, mais mon besoin de fumer, lui, se faisait sentir tout autant que la fraîcheur hivernale) lorsque je levai les yeux, oh divine apparition: une demoiselle qui tient une place particulière dans mon coeur, cliente habituelle du café. Tout joyeux j'échangeai un bonjour avec elle.

C'est bizarre mais il y a de ces femmes, quand vou les voyez vous vous sentez bien.

Oui, femmes, que feraient les hommes sans vous? Euh... c'est pas pour ça que cela doit vous monter au citron hein, oh!

Bref, j'étais ce matin au Paradis.

Oui, mais que faire? Continuer ma route trouble sur les sites de rencontre qui ne m'apportent pas grand chose à vrai dire - je dois ressembler au Grand-Méchant-Loup - ? Ou bien profiter tant que faire se peut de la réalité des rencontres dans la vie sensible, même si ce n'est que de la simple amitié cela vaut déjà de l'or...

Les deux peut-être, mais alors faisant le premier ne suis-je pas au minimum un "salaud" pour la seconde? Voilà le genre de questions qui me tiraillent et qui à force de me tirailler m'empêchent de vivre pleinement.

Ô femmes, ô troubles de la pensée, ô raisons de ma déraison...

Partager cet article

Repost 0
Published by lbph - dans prose pensées
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : French Free Potatoes
  • : Blog de poésie et prose, littérature informelle et moderne
  • Contact

Recherche

Catégories