Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 06:02

Je suis un déraciné de la Nature. Je m'en suis rendu compte maintenant seulement en repensant à la dernière éclipse totale de Soleil dans le Sud de la Belgique.

Je voulais bien évidemment observer le phénomène. Aussi je pris le train et me rendis à Virton, petite ville tout au sud belge où était prévu l'accueil des amateurs par des astronomes et autres érudits des rencontres Lune-Soleil.

L'éclipse eut lieu sur le chemin. Le train s'arrêta en pleine nature peu avant, nous pûmes descendre munis de nos lunettes noires spéciales, et prêter attention.

Mais prêter attention à quoi au juste? Car voilà bien le problème. Pour ma part je ne fis attention qu'au disque solaire bientôt rejoint par le disque lunaire, puis caché par celui-ci, puis quitté par celui-ci.

Et voilà tout ce que j'en ai retenu: un passage dans le ciel devant le Soleil. Autant vous dire que cela n'a pas de quoi remuer les tripes. En tout cas pas les miennes. Je n'étais clairement pas en communion avec la nature, je n'étais qu'un passager observant un autre passager. Je ne saurai dire par exemple si les oiseaux ont arrêté de chanter pendant l'éclipse, si le toutou était plus nerveux, ni même si la température avait légèrement diminué.

Bref j'étais vraiment un «déraciné de la nature».

Je me demande aujourd'hui pourquoi? Peut-être est-ce parce qu'à l'âge où la sève montait en moi abondamment, ni même un insecte ne trouva bon d'y goûter. Et cet excès de sève que personne ne vint alléger m'étouffa, me tua et me fis m'écrouler...

Ne resta alors plus qu'un fossile de sève. Mais le fossile de sève (l'ambre) à ceci de supérieur à la sève fraîche qu'elle à plus de valeur! Même si je reconnais combien la sève fraîche satisfait l'arbre qui la produit.

Repost 0
Published by lbph - dans prose pensées
commenter cet article
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 03:14

Certains me connaissent comme royaliste. Si je suis royaliste c’est parce que peut-être né en Belgique mais c’est surtout par la nécessité que je ressens du devoir de la plus haute fonction de l’État de n’être point un dirigeant unique et absolu mais bien plutôt d’être un arbitre entre les intérêts de la nation (le peuple) et les intérêts ou volontés du gouvernement. Or a-t-on déjà vu un arbitre appartenir à un des camps en jeu ? Non ! D’où mon rejet de la république.

Certains me connaissent comme musicien (ah « l’artist’ ») et DJ amateur. En ce qui concerne ce dernier cas, je vois de plus en plus fréquemment des DJs se prendre en photo en position de Yoga. Sans doute une mode très Côte Ouest venue de Californie via Cher (chic et cher). Dès lors je ne vois pas pourquoi je cacherai mon terreau spirituel et culturel de base. Oui j’aime la musique électronique, et oui je suis chrétien. Oui j’aime écouter des mixes géniaux de supers DJs venus de partout, hommes comme femmes, mais non je ne bois pas d’alcool ou alors très rarement et encore que 2x25cl pas plus.

Certains me connaissent comme essayiste et pénible « écrivaillon » et donc doivent savoir à quel point je tiens au respect des opinions, opinions qui doivent avoir le droit de s’exprimer. Ce qui me fait lever chaque fois qu’on essaie de taire un courant de pensée, fut-ce sous le moule très bien-pensant mais très mal pensé de la laïcité moderne ; une laïcité républicaine non-universelle puisqu’il existe d’autres modèles de laïcité.

D’où la nécessité de faire de l’Europe une Nouvelle Andalousie, ce qui ne peut se faire qu’en affirmant notre identité primitive chrétienne tant il est vrai que l’on voit mal comment quelqu’un qui ne connaît pas voire déteste sa propre culture et sa propre histoire d’évolution culturelle saurait apprécier celles d’étrangers venus d’ailleurs sans vouloir aussitôt les saucer à l’occidentale comme on fit de l’hindouisme et du bouddhisme…

D’où cette vidéo-témoignage.

Repost 0
Published by lbph - dans pensées
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 00:29

Je me suis toujours insurgé et m’insurgerai toujours contre la lecture en diagonale. Vous savez, cette méthode de lecture qu’on apprend à l’entrée en Université et qui est censée vous faire gagner du temps dans vos lourdes études ?

Méthode qui, après les études, est devenue une habitude qu’on finira par appliquer au quotidien. Tels ces moyens et hauts fonctionnaires d’administration, de cabinets, d’université. Ah oui, parce que toi, con d’étudiant, tu croyais vraiment que le professeur qui t’a donné une note a lu en entier ton travail de fin d’études, ta thèse de deux à trois cent pages fois la centaine d’étudiants dont il doit évaluer le travail ? Bien sûr que non, il a pratiqué cette mystérieuse « lecture en diagonale », c’est-à-dire finalement qu’il n’a lu que 10 à 15% (dans le meilleur des cas) de ton travail.

Alors, quand il s’agit d’un travail extrêmement dilué par moult citations, références, considérations hors sujet, à la limite ça peut ne pas vraiment nuire à la compréhension globale de l’essai. Mais je me rappelle d’un exercice pratiqué en année avant le BAC en cours de français. Il s’agissait de résumer un roman en dix lignes, puis en de moins en moins de lignes, jusqu’à une seule ligne. À cet exercice je me suis ramassé un dix sur dix !

Bref cela explique peut-être pourquoi mes essais vendus sur Amazon à ma page auteur https://www.amazon.fr/-/e/B00JB48AOY ne dépassent pas les 15 pages (ce qui au prix de 0,99 € est honnête pour quatre minutes au minimum de lecture ; c’est le standard iTunes pour la musique).

Ce que je veux dire ? Vous imaginez un étudiant exécutant son travail de fin d’études sans y placer d’anecdotes certes piquantes mais non essentielles, n’y plaçant que des contextualisations importantes à l’illustration des arguments, bref n’y plaçant que le strict nécessaire. Si son con de prof lit en diagonale, comme il en a tant l’habitude, cela signifie que seul 10 à 15% du texte sera lu, donc que 85 à 90% des contextualisations et des arguments, voire même de la conclusion et de la logique qui y a menée, seront totalement perdus, non lus.

Un bon travail est un travail qu’on ne saurait lire en diagonale, car il ne contient que de l’essentiel. Et malheureusement un tel travail sera mal noté, justement à cause de la lecture en diagonale qui fait perdre au fonctionnaire professeur 85 à 90% du contenu et lui fera noter en rouge : « votre travail manque d’arguments, il n’a ni début ni conclusion ! »

Repost 0
Published by lbph - dans pensées
commenter cet article
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 22:33

Et me voici de retour sur un blog ma foi bien poussiéreux par l'abandon...

Voici que ce matin, matin sous les tropiques nord-européennes, je m'avançai la tête vide vers mon bar préféré. Non, je n'en donnerai pas le nom; les portugais le connaissent et si trop de bobos belges apprenaient son nom ce ne serait du coup plus mon bar préféré. Bref vers mon bar préféré, le prefereti qui deviendra bientôt Pape!

Et dans une réelle joie, je ne sais pas trop pourquoi cette soudaine joie d'ailleurs, je voyai une fille qu'on avait plsu vu là depuis ma foi fort longtemps. Joie partagée apparemment. En effet dès qu'elle me vit elle me salua.

Pour la première fois nous nous embrassâmes (sur la joue bande de coquins), et je remarquai combien elle était douce de peau et tendre de chair. Jamais je n'oublierai.

Bon, je passe les détails, ils relèvent de la statistique de jeux, de la mafia est-européenne, de Las Vegas et finalement de Montana. Bref rien de très intéressant ici.

Mais voici-t-y pas que par deux fois elle me proposa d'aller chez elle. Ô craintif que je suis! Mais bon, je ne savais trop qu'en penser.

Qui est-elle? Une âme en quête d'amour? Ce qui me plairait de combler.

Ou une «couche-toi-là»? Ce que je fuis au plus loin.

Car en effet, je l'ai déjà entendue le proposer à moultes hommes, d'aller chez elle.

Bref, dans un «oui mais non», mon coeur l'acceptai alors que mon cerveau (et ma langue) le refusait...

Histoire du jour, histoire d'un jour, fille d'un matin... Ou plus? Seul l'avenir nous le dira...

Repost 0
Published by lbph - dans prose pensées
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 22:21

Donc on le voit, le 8 mars est plus une journée de lutte des classes que de lutte des genres.Ainsi on notera que les...

Posté par Town Ground sur mardi 8 mars 2016
Repost 0
Published by lbph - dans pensées
commenter cet article
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 03:50

Le secrétaire général du Parti Cryptoniste répond dans la présente au nom de la République Démocratique Populaire de Krypton-du-Nord aux accusations portées injustement par le gouvernement de Krypton-du-Sud sur de soi-disant tirs de missiles nucléaires types "bombes H".

Le Parti, ayant accusé le coup de telles accusations, a aussitôt ordonné une enquête au sein des armées afin de savoir si des officiers auraient osés prendre l'initiative de rompre la bonne entente fraternelle, amicale et de paix entre Krypton-du-Nord et Krypton-du-Sud.

Cette enquête a aboutit à une découverte archéologique et géologique majeure et étonnante. Aussi nous remercions également Krypton-du-Sud d'y avoir contribué par ses accusations.

Nos scientifiques ont découvert la chose suivante:

Le Mont du Foutou est en réalité un volcan éteint depuis 7 milliards d'années et qui s'est réveillé voici un mois. Il est donc, vous le comprendrez, totalement inapproprié pour être «un site militaire hautement stratégique de Krypton-du-Nord» pour reprendre vos allégations.

Les cylindres métalliques qui sont éjectés à chaque éruption volcanique ne sont nullement non plus «des missiles» mais découlent d'un phénomène naturel découvert par nos géologues: durant ces milliards d'années d'inactivité, au fond du cratère, se sont formés des stalagmites métalliques. Et il se peut que lors d'une éruption volcanique une ou plusieurs de ces stalagmites soient éjectées hors du cratère.

Sur le fait qu'elles se dirigent systématiquement vers Krypton-du-Sud, cela tient à la nature des courants magnétiques de notre planète dont la configuration, comme l'ont noté d'ailleurs vos propres scientifiques, est très particulière et exceptionnelle.

Sur le fait que ces stalagmites éjectées par le volcan explosent à la puissance d'une bombe H, nos géologues expliquent cela par le fait que lorsqu'elles étaient dans le volcan ces stalagmites (et leur contenu emprisonné: de la lave en fusion à plusieurs millions de degrés) étaient soumises à de très hautes pressions. Une fois relâchées dans l'atmosphère, la dépressurisation induit tout naturellement ce phénomène d'explosion.

Sur la radioactivité enfin: il se fait que le Mont Foutou est, comme vous le savez, situé dans une zone à forte contenance en minerais radioactifs et c'est pourquoi d'ailleurs d'un commun accord avec vous Krypton-du-Nord refuse depuis maintenant vingt ans son exploitation minière.

Un rapport plus complet de 4396 pages vous sera remis par les différents scientifiques qui ont travaillé à ces longues et fastidieuses recherches.

Soyez assurés de nos sentiments les plus pacifiques.

Repost 0
Published by lbph - dans prose pensées
commenter cet article
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 00:35

« Tinder » est décrit comme une plateforme de rencontre. Drôles de rencontres en vérité. Mais commençons par le début. Un jour, un gars me dit qu’il y a moyen de trouver facilement une petite-copine via internet. Perso, ayant déjà essayé sur des sites réputés « sérieux », j’en avais toutes les raisons de douter.

Il me sort « en six mois j’en ai baisé dix ». Ce sur quoi je lui réponds que si c’est pour ça, va gare du Nord ça reviendra moins cher. C’est gratuit qu’il me dit. Bon une plateforme gratuite, totalement gratuite, il y en a pas mille. Une plateforme gratuite où les filles te demandent pas d’envoyer tel code par SMS à tel numéro, il n’y en a qu’une à ma connaissance : Tinder !

Donc, lentement, l’idée se fait dans mon cerveau d’installer l’application Tinder sur mon smartphone, et finalement dans la série « j’ai testé pour vous » voici donc Tinder.

D’abord sur le gars-là plus haut, il s’en est tiré dix en six mois et aucune n’est revenue le faire chier chez lui : c’est donc avouer que c’est un mauvais coup, surtout connaissant ses goûts : de grosses (vraiment des grosses) salopes cherchant à combler un manque affectif en donnant leur cul au premier venu. Ensuite, et ça aura toute son importance plus loin, bien que chômeur et travaillant occasionnellement au noir, ce gars ne paie pas de loyer : son père est proprio !

Alors il y a des gars qui cherchent du cul, c’est sûr. Mais, comme je le disais, ça coûte moins cher gare du Nord... Parce que des nanas qui cherchent de l’affectif, dans ma tranche d’âge (je viens d’avoir 38 ans il y a deux jours), c’est dur, il y en a-t-il seulement une ? En général les femmes de nos jours se contentent, par un effet de déplacement de l’amour conjugal vers l’amour maternel, de l’affectif que leur apporte leurs enfants ; voire leur chien...

Trouver des femmes obsédées du cul alors ? Ben je dirais que depuis l’apparition des sex toys (jouets érotiques) dérivés des vibromasseurs, un truc à piles leur apporte de facto plus de plaisir qu’un pénis fut-il de 30 cm de long et de 5 cm de diamètre. Car même un tel pénis, surtout un tel pénis, ne vibre pas, lui !

Mais le fait est qu’un vibromasseur ou un sex toy plus développé ne répond pas à la question suivante posée un 25 décembre : « y a-t-il quelqu’un qui voudrait sortir avec moi pour danser ou aller boire un coup ? ». Traduisez cela ainsi : « putain on est la fin du mois, j’ai plus de fric, il me faut trouver un, mec qui me paye la discothèque » !

Ah oui, le sex toy ça fait du bien sexuellement, plus qu’un homme, les enfants et le chien c’est très affectueux, souvent plus qu’un homme, mais tout ça ça paie pas le resto, le bar, la discothèque, les voyages, les cadeaux et tout le reste.

Je crois que là tout est dit !

Bon ben ça m'a inspiré un slam:

 

Repost 0
Published by lbph - dans pensées prose
commenter cet article
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 11:32

Et me voici, moi qui en ai tant dit, au Paradis!

Pourtant Dieu sait si j'en ai dit sur les femmes, si je m'en suis plaint à milles-et-unes reprises. Et pourtant, pourtant, oui, je les aimes. Et, mieux encore, voici que cet amour m'est rendu, à tout le moins d'une manière fraternelle et amicale.

C'était un matin comme les autres ce matin d'aujourd'hui. Comme les autres en début d'hivers bien entendu, du genre 1°C à 4°C, pas de grand soleil mai enfin pas de brume ou de pluie non plus. Un petit matin par lequel je me rendai au bar boire mon petit café, mon petit Sprite (R), mon petit Coca-Cola (R)(TM), mon Sumol orange, etc. Bref un matin quoi.

La première surprise vint de quelqu'un à qui je pensais justement téléphoner: mon ex, qui est restée ma meilleure amie. La porte du bar se referme dans un gros déclic, je tourne la tête et hop, qui vois-je? mon ex! Super me dis-je, si ça c'est pas de la télépathie... Donc on est allé boire notre café à la même table, parler un peu, bon début de journée que cela.

Puis, un peu plus tard à peine, moi, assis à la terrasse (oui, je sais j'ai dit qu'il faisait froid, mais mon besoin de fumer, lui, se faisait sentir tout autant que la fraîcheur hivernale) lorsque je levai les yeux, oh divine apparition: une demoiselle qui tient une place particulière dans mon coeur, cliente habituelle du café. Tout joyeux j'échangeai un bonjour avec elle.

C'est bizarre mais il y a de ces femmes, quand vou les voyez vous vous sentez bien.

Oui, femmes, que feraient les hommes sans vous? Euh... c'est pas pour ça que cela doit vous monter au citron hein, oh!

Bref, j'étais ce matin au Paradis.

Oui, mais que faire? Continuer ma route trouble sur les sites de rencontre qui ne m'apportent pas grand chose à vrai dire - je dois ressembler au Grand-Méchant-Loup - ? Ou bien profiter tant que faire se peut de la réalité des rencontres dans la vie sensible, même si ce n'est que de la simple amitié cela vaut déjà de l'or...

Les deux peut-être, mais alors faisant le premier ne suis-je pas au minimum un "salaud" pour la seconde? Voilà le genre de questions qui me tiraillent et qui à force de me tirailler m'empêchent de vivre pleinement.

Ô femmes, ô troubles de la pensée, ô raisons de ma déraison...

Repost 0
Published by lbph - dans prose pensées
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 00:38

En général quand je vais au café c’est pour déstresser, écouter de la musique, parler de choses et d’autres avec les gens et pas refaire le monde autour d’une bière sinon j’irais à un meeting d’Attac. Je veux bien parler politique sur mon blog politique et les commentaires laissés par les lecteurs mais dans la vie civile je suis plutôt branché électro Disco 80’s et House ’89-’91 voire même plutôt deep house.

Mais bon, malheureusement un jour un gars, un gaucho « autonome » comme on dit dans le milieu, m’a parlé politique et j’ai cru bon de mettre mon foutu doigt dans l’engrenage. Du coup aujourd’hui il en a remis une couche.

En fait je ne m’y attendais pas. J’avais mon lecteur MP3, allais écouter de la musique, il me demanda laquelle et, poisson ferré que je suis, juste après il me demanda ce que je pensais du fait que le groupe (à son époque qui n’est pas la mienne fut légendaire) anglais Led Zeppelin fit un concert hommage à un de ses disparus dans un amphithéâtre bourgeois des USA avec Obama applaudissant. Il me fit remarquer que si Obama applaudissait les chansons de Led Zeppelin alors c’est qu’ils avaient totalement ratés leur coup niveau « message ».

Perso je ne vois pas le problème, c’est dans la logique de l’industrie commerciale et c’est pourquoi je me fendis d’un « bah quand on est bourgeois faut assumer ». Surtout que je pense que « si vous voulez faire passer un message, utilisez la poste », c’est-à-dire que pour faire passer un message il faut des éditos et des journaux mais certainement pas de la musique ou un roman.

Puis je ne sais plus comment j’en suis arrivé à dire que « finalement les prolétaires sont des bourgeois qui ont raté », ce à quoi il me répondit qu’à son sens c’étaient plutôt les bourgeois qui étaient des prolétaires ayant « trahis » (oubliant que l’on ne choisit pas d’être bourgeois ou prolétaire mais qu’on naît tel). Aussitôt moi de sursauter, car ça m’a fait « tilt » dans ma tête comme un électrochoc et je me suis emballé dans une tirade sur le fait que « j’ai connu beaucoup de bourgeois qui rêvent d’être prolétaires et, putain, ils font chier le Peuple ».

Et pour finir d’achever ma matinée que j’espérais tranquille pépère, ne pensant jusqu’alors qu’aux jolies filles, il finit par déclarer que lui avait déjà beaucoup vu « de prolétaires rêvant d’être bourgeois et c’est à cause d’eux que le système perdure ».

Je pense qu’il était intéressant de montrer le déroulement logique de la petite discussion. J’ajouterai à cela qu’il m’a déclaré à notre première discussion que « les salariés sont aliénés » ; « aliénés » tout court ce qui aura son importance plus tard.

Tout d’abord, lui qui pleurait sur Led Zeppelin applaudis par Obama, et bien Led Zeppelin ne serait jamais arrivé à un tel niveau de popularité et auraient probablement été méconnus s’il ne s’était pas s’agit justement de prolétaires rêvant d’être des bourgeois. Sinon pourquoi signer avec une major ? Tout comme les Beatles, les Rolling Stones, Manu Chao, etc.

Ce qui compte n’est donc pas ce que vous êtes nés ni êtes devenus mais bien ce que vous en faites.

Par ailleurs j’aime à citer la seule phrase intelligente d’un prof d’une école d’Assistant Social : « moi je suis pour la richesse pour tous » ! Donc que tout le monde soit de riches bourgeois. Si notre gaucho préfère que tout le monde soit de pauvres prolétaires je dirais que sa vision « de gauche » risque de ne pas avoir grand succès.

Enfin, toute sa rhétorique relève d’une vision très marxiste-révolutionnaire qui fut d’ailleurs éditée dans un livre théorique par la Ière Internationale. Et reprise par Mao, principalement les maoïste d’ailleurs.

Je commence par déclarer que, conformément à ce que disait Karl Marx (« l’appartenance une classe sociale spécifique n’est pas innée chez les prolétaires ») et en reprenant un terme qui en fait dans la bouche de Karl Marx signifie autre chose (l’aliénation : pour Marx l’ouvrier n’est pas « aliéné » tout court, ce qui signifie con, mais « aliéné de », ce qui signifie séparé de ; et en l’occurrence il s’agit de la marchandise), « le prolétariat est aliéné ».

C’est-à-dire que l’homme libre ne sait pas qu’en fait il vit sous une dictature ! Freud nous avait déjà fait le coup avec son fameux « un homme bien portant est un malade qui s’ignore ».

Et de fait si la situation actuelle, le système, est accepté (plus ou moins), c’est bien car le Peuple y trouve son compte (plus ou moins également).

Secondement, suite à ma première déclaration, s’impose naturellement la nécessité d’une « avant-garde révolutionnaire », censée faire prendre conscience au prolétaire qu’il est prolétaire. Cette avant-garde selon les marxistes-révolutionnaires et selon ce gaucho ne peut être composée que forcément de « gens ayant réfléchis », d’intellectuels donc, c’est-à-dire des seuls qui aient le temps pour réfléchir sans cas d’aliénation : de bourgeois !

Tout est dit. Le Peuple est con, pour lui apprendre la Vérité il lui faut écouter des bourgeois (ceux dont je disais qu’ils rêvaient d’être des prolétaires).

Et bien ça valait bien la peine de vouloir la fin du système si c’est pour garder une bourgeoisie aux commandes du Peuple moi je dis ! LOL et MDR !

Repost 0
Published by lbph - dans pensées
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 21:09

Blanc sur le Noir

Noir sur le Blanc.

Qu’est-ce ?

La cendre de mes cigarettes.

 

Cigarette éternelle,

Compagne de l’incendie

Qui brûle dans mon cœur martyrisé.

Cœur martyrisé, mais cœur libéré ne fut-ce qu’un instant

De ses terribles souffrances en partances

Vers des enfers invisibles

Qu’inaugurent les yeux des filles.

 

Libéré un instant par cette fumée

Qui du front de la solitude monte ;

Incendie qui ravagea plus d’un Cow-Boy

L’envoyant se faire foutre en l’air

Sur quelques champs de bataille

Là-bas si j’y suis.

 

« C’est mauvais pour la santé »

Dit-on précautionneusement.

« Tant mieux »

Je réponds sans attente.

 

Car, loin de moi,

L’envie de faire de vieux os.

Mais point de mort rapide

S’il vous plaît.

Ma religion me l’interdit.

 

Mon rêve par défaut ?

Le seul qui soit bien plus réaliste que toute cette fadaise

De rêve sentimental ?

Mourir à 42 ans dans mon sommeil,

Emporté par Morphée

Vers des îles paradisiaques

Où des Amazones sauvages

Feront de moi leur dévoué et consentant

Esclave affectif et sexuel !

Repost 0
Published by lbph - dans poésie pensées
commenter cet article

Présentation

  • : French Free Potatoes
  • : Blog de poésie et prose, littérature informelle et moderne
  • Contact

Recherche

Catégories